Cimetières du Commonwealth

 

7 cimetières du Commonwealth sont situés à Langemark-Poelkapelle et peuvent être visités gratuitement du lever au coucher du soleil :

Cimetière Poelcapelle British cemetery - Brugseweg - Poelkapelle (7 478 victimes)

Poelkapelle a été capturée par les Allemands le 20 octobre 1914. Le 4 octobre 1917, la 11e Division réussit à reprendre le village pendant la 3e bataille d'Ypres. Elle fut de nouveau cédée par les Britanniques en avril 1918 lors de la retraite à Ypres. Les troupes belges l'ont finalement repris le 28 septembre 1918.

La ville comptait plusieurs cimetières militaires allemands. Par exemple : A l’autre côté de la route du cimetière britannique de Poelcapelle se trouvaient le cimetière est-allemand de Poelcapelle,

Le cimetière britannique de Poelcapelle est construit après la guerre de la concentration de tombes dispersées sur les champs de bataille environnants et du déblaiement des petits cimetières qui y avaient été amenés. La grande majorité des victimes sont mortes dans la seconde moitié de 1917, en particulier en octobre, mais il y a aussi de nombreuses tombes avec des victimes de 1914 et 1915.

On commémore aujourd'hui 7478 victimes du Commonwealth de la Première Guerre mondiale. Entre eux, 6229 ne sont pas identifiées.

Dans le cimetière, on remarque deux pierres tombales qui se trouvent côte à côte. L'une est la pierre tombale de Thomas Carthy qui était la plus vieille victime de son régiment. À côté de lui, John Condon est enterré avec l'inscription "age 14". On dit qu'il est la plus jeune victime du côté britannique. Cependant, des recherches récentes ont montré qu'une erreur a peut-être été commise ici et que Condon aurait 18 ans. Dans ce cimetière, la pierre tombale de Hugh Gordon Langton, mort le 26 octobre 1917 à l'âge de 32 ans lors de l'offensive de Passchendaele, est également frappante. C'était un violoniste très talentueux. Sur sa pierre tombale se trouvent 6 notes de musique.  C'est la seule tombe de toutes les tombes du Commonwealth avec de notes de musique. Cette tombe se trouve sur la 2ème rangée des Spécial Mémoriaux/3ème pierre tombale.

Cimetière Cement House - Boezingestraat - Langemark (3 615 victimes)

Le cimetière de Cement House est situé à un kilomètre au sud-ouest du centre du village de Langemark, le long de la route de Pilkem et de Boezinge. Le cimetière a été conçu par Reginald Blomfield et mesure environ 9 685 mètres carrés. Le cimetière est un cimetière dit "ouvert", ce qui signifie qu'il est encore utilisé pour enterrer des soldats trouvés dans la région aujourd'hui.

Il commémore 3 615 morts, dont 2 429 n'ont pu être identifiés.

Vers le 21-24 octobre 1914, des combats ont eu lieu autour de Langemark. D'avril 1915 à août 1917, le village est resté aux mains des Allemands. Un peu à l'ouest du Steenbeek se trouvait une ferme où les Allemands avaient construit une construction fortifiée en béton, que les Britanniques ont appelée Cement House. En août 1917, de nouveaux combats acharnés ont eu lieu ici lors de la troisième bataille d'Ypres. Après quelques jours, les Britanniques pourraient prendre le bunker et reprendre Langemark. A côté de la ferme, ils ont commencé à construire un cimetière, où plus de 200 victimes ont été enterrées. Ils ont continué à utiliser le cimetière jusqu'en avril 1918. Après la guerre, le cimetière a été élargi pour inclure les tombes des champs de bataille environnants, des cimetières civils et des cimetières plus petits qui ont été dégagés. Parmi les cimetières d'où les tombes ont été amenées ici, citons le cimetière d'Asquillies, le cimetière d'Audregnies, le cimetière d'Elverdinge, le cimetière de Hensies, le cimetière de Heule, le cimetière communal de Maisières, le cimetière de Meerendre, le cimetière d'Oostnieuwkerke, le cimetière de Proven, le cimetière communal de Quaregnon, le cimetière de Rolleghem, le cimetière de Winkel St. Eloi et le nouveau cimetière communal de Thulin. Trois monuments spéciaux ont également été érigés dans le cimetière pour ceux qui avaient été enterrés au cimetière de Pheasant Trench, à l'est de Langemark, mais dont les tombes ne pouvaient plus être retrouvées. Cinq Britanniques et trois Terre-Neuviens sont également commémorés par un mémorial spécial parce que leurs tombes n'ont plus pu être localisées et qu'on pense qu'elles reposent sous des pierres tombales sans nom.

Parmi les victimes identifiées figurent 1 150 Britanniques, 28 Canadiens, 4 Australiens, 2 Néo-Zélandais et 1 Sud-Africain.

En 1922, 487 soldats français tués et enterrés ici en 1917 ont été emmenés au cimetière militaire français de Saint Charles De Potyze.

Au cimetière, 22 victimes de la Seconde Guerre mondiale (dont 5 non identifiées) ont également été enterrées. La plupart sont morts pendant les combats contre l'armée allemande qui avançait et pendant son retrait à Dunkerque.

Le cimetière est toujours utilisé pour les restes mortels nouvellement excavés. Ainsi, à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, des dizaines de corps de victimes britanniques ont été enterrés ici.

Cimetière Ruisseau Farm - Melkerijstraat - Langemark (82 victimes)

Ce cimetière est situé à environ un kilomètre et demi à l'ouest de Langemark et on peut y accéder par la cour d'une ferme. Il a été conçu par William Cowlishaw et couvre une superficie de 486 mètres carrés.

Il commémore 82 morts britanniques, dont 6 ne pouvaient plus être identifiés.

Le cimetière a été créé après les combats du 8 octobre 1917 et est resté en service pour les unités d'artillerie jusqu'à la fin novembre 1917. Sur les 82 morts, 30 appartiennent aux Foot Guards et 28 à le Royal Artillery

Cimetière Dressing Station de St-Julien - Peperstraat - St Julian (428 victimes)

Ce cimetière est situé à 3 km au sud-est de Langemark-Poelkapelle et a été conçu par Reginald Blomfield. Il a un plan heptagonal d'une superficie de 2 173 m².

Il commémore 428 décès, dont 180 non identifiés.

Saint Julien était au front de la Salient d'Ypres pendant la guerre. De l'automne 1914 à avril 1915, elle était aux mains des Britanniques mais peu après les attaques au gaz allemandes, elle est tombée aux mains des Allemands lors de la deuxième bataille d'Ypres. Au début du mois d'août 1917, le village a été repris lors de la troisième bataille d'Ypres. Fin avril 1918, elle est retombée aux mains des Allemands lors de l'offensive de printemps allemande, jusqu'à ce qu'elle soit finalement reprise par les troupes belges le 28 septembre 1918.

On est commencé avec le cimetière, en septembre 1917 où les victimes ont été enterrées jusqu'en mars 1918. A l'origine, il y avait 203 soldats. Le cimetière a été gravement endommagé par des tirs d'artillerie en 1918. Après l'armistice, le cimetière a été agrandi pour inclure les tombes des environs.

Il y a 395 Britanniques, 15 Canadiens, 10 Australiens, 3 Néo-Zélandais et 5 Sud-Africains enterrés ici. Un Mémorial spécial a été créé pour 9 Britanniques et 2 Sud-Africains parce que leurs tombes ne pouvaient plus être localisées. On suppose qu'ils reposent sous les tombes sans nom.

Cimetière Seaforth (Villa Cheddar) - Brugseweg - St Julian (149 morts)

Ce cimetière est situé le long de la Brugseweg à 1,3 km au sud-ouest du centre du village de St. Julian. Il a été conçu par William Cowlishaw et mesure 1 008 m². Il commémore 149 morts.

Le long de la route de Wieltje à Saint-Julien se trouvait une ferme que les troupes britanniques appelaient "Cheddar Villa". C'est également le nom original de ce cimetière. Mais en avril 1915, pendant la deuxième bataille d'Ypres, il y a eu de lourds combats dans cette région, après quoi les morts ont été enterrés ici. Comme 101 des 148 victimes appartenaient au 2e Seaforth Highlanders, le nom du cimetière a été changé en Seaforth Cemetery à la demande du commandant en 1922.

Il y a 149 Britanniques enterrés (dont 22 non identifiés) et 1 Canadien. Des Mémoriaux spéciaux ont été établis pour 19 Britanniques parce que leurs tombes ont été détruites par des tirs d'artillerie.  

Exceptionnel pour un cimetière britannique, il y a deux fosses communes avec respectivement 18 et 75 morts. Leurs pierres tombales sont disposées le long des murs de gauche et de droite et elles sont commémorées par deux pierres de Duhalow. Les 23 noms des membres des Seaforth Highlanders qui sont morts ici mais dont on ne sait pas où ils sont enterrés, se trouvent sur une plaque commémorative à l'arrière du cimetière. Leurs noms figurent également sur la Porte de Menin.

Cimitière Dochy Farm New British Cemetery - Zonnebekestraat - St Julian (1.439 victimes)

Ce cimetière est situé entre Sint-Juliaan et Zonnebeke. Il a été conçu par Reginald Blomfield et mesure environ 4 525 m².

Il commémore 1 439 morts, dont 958 n'ont pu être identifiés.

Ce lieu a été occupé par les Allemands pendant une longue période pendant la guerre. A proximité se trouvait une ferme que les Allemands ont construite dans une fortification et que les Britanniques ont appelée "Dochy Farm". Le 4 octobre 1917, la 4e Brigade néo-zélandaise a réussi à conquérir cette ferme pendant les combats pour Broodseinde .

En raison de sa situation centrale et de son accès facile, le cimetière a été construit ici après la guerre. Des morts ont été enterrés ici, dispersés dans les champs de bataille environnants, autour de Boezinge, Saint-Julien, Frezenbergen Passchendaele. Aujourd'hui, 936 Britanniques, 305 Australiens, 83 Canadiens, 98 Néo-Zélandais et 17 Sud-Africains reposent ici. Pour 1 Britannique et 1 Australien, des Mémoriaux spéciaux ont été fondés parce que leurs tombes n'ont plus été retrouvées et qu'on suppose qu'ils reposent sous une tombe sans nom.

Cimetière de Bridge House - Peperstraat - St Julian (45 victimes)

Ce cimetière est situé à un kilomètre au sud de St Julian's. Il a été conçu par Arthur Hutton et mesure 196 mètres carrés.

Il a été construit à la fin du mois de septembre 1917 par la 59e division (North Midland) et a été nommé d'après une ferme située près d'un pont sur le Steenbeek. Cette ferme a été utilisée par plusieurs unités comme poste médical. A l'exception de 5 tombes, toutes les victimes appartiennent à la division susmentionnée dont les soldats ont été tués entre le 26 et le 28 septembre 1917 lors de la bataille du Bois du Ploygone. Une victime (W. Baker) est tombée le 16 août 1917.

Il y a 45 Britanniques enterrés dont 4 non identifiés.